Après une accalmie, une nouvelle phase d’activité solaire est annoncée. La rapidité dont les évènements personnels et collectifs s’enchaînent, bons ou malheureux, nous montre que nous avons de moins en moins le choix. Nous avons tout intérêt à percevoir les appels de notre voix intérieure, à ressusciter nos rêves les plus fous, à oser être libres. Que chacune et chacun d’entre nous chante son propre chant, celui qui émane de notre essence, unique, et ensemble nous entonnerons la plus formidable polyphonie du monde. Au début était le verbe, le son : à nous de participer en conscience à la création du monde que nous lèguerons à la postérité.

La Fête des Morts de début novembre sera encore imprégnée de l’énergie de la Pleine Lune de la fin du mois. C’est le temps des rituels et des cérémonies, une occasion pour demander aux Ancêtres de nous éclairer dans notre voyage terrestre, de nous guider en ces temps qui bousculent, de nous prendre par la main lorsque nous sommes perdus. C’est aussi le moment de faire le point sur les espoirs déçus, les projets enterrés, les élans avortés, les expériences vécues comme des échecs : autant de morts non reconnues, de deuils non vécus. Il n’est jamais trop tard pour les accueillir et pour les honorer en cérémonie afin de leur rendre leur liberté et de retrouver la nôtre par la même occasion. Enfin – et c’est peut-être l’élément le plus important – l’heure est venue de recenser nos morts intérieurs : notre enfant intérieur se porte-t-il bien ? le créateur est-il toujours bien vivant ? le meneur mène-t-il encore ? ou se sont-ils assoupis comme la Belle au bois dormant ? L’heure du réveil est là : soyez votre propre Prince charmant ! En rendant visite à toutes ces facettes de notre être et en prenant le temps de les écouter, nous aurons peut-être des surprises…. Ce sera l’occasion de les inviter à reprendre leur place dans la ronde de la vie, dans la symphonie de notre vie.

Enfin, pour les longues soirées au coin du feu ou du radiateur, voici une suggestion de lecture : L’Ecole des Dieux, de Stefano d’Anna, traduit déjà en 8 langues.

A toutes et à tous, je souhaite un bel automne !

Marie-Noëlle