Grof, Jung et Lévi-Strauss – les parrains du premier cri
‘Au début était le Verbe’ dit la Bible. Parallèlement, au niveau de l’individu, au début de toute vie humaine est le premier cri. L’instant de cette rencontre avec la lumière et avec la respiration est l’aboutissement non seulement de neuf mois de construction intra-utérine, mais aussi du processus de la naissance. Stanislav Grof, un des pères de la psychologie transpersonnelle, découpe cette aventure périlleuse en quatre étapes qui, en fonction de la manière dont elles vont s’inscrire dans la mémoire, constituent le scénario de base de toute action future, petite ou grande. L’émergence de ce schéma permet de déceler l’origine de divers blocages, de séries de répétitions malheureuses, de syndromes pathologiques correspondants allant des psychoses schizophrènes aux ‘simples’ peurs et angoisses. L’intérêt de la démarche est de faire suivre le constat par une reprogrammation du bio-ordinateur qu’est notre cerveau et de sortir ainsi de la spirale infernale qui conduit le plus souvent à une escalade médicamenteuse. Découvrons ici le chemin vers une libre-action responsable et créative.

Grof et les quatre matrices périnatales
En 1984 paraissait la version française des recherches conduites pendant plus de vingt ans par Stanislav Grof sur la psyché humaine intitulée ‘Psychologie transpersonnelle’. Aujourd’hui, en 2004, cet ouvrage n’a pas vieilli : vingt ans plus tard, l’être humain se débat toujours dans une crise que les incertitudes socio-économiques rendent de plus en plus aigue, accélération du taux vibratoire et intensification du temps aidant. Combien d’hommes et de femmes, d’adolescents et de personnes âgées se sentent déboussolés, psychiquement éclatés, à la recherche de nouveaux repères ! Dans ce sens, les travaux de Stanislav Grof sont plus actuels que jamais.

Grof a travaillé au Centre de Recherches Psychiatriques de Prague, au Spring Grove Hospital de Baltimore et au fameux Institut d’Esalen aux Etats-Unis. Son originale cartographie de l’espace intérieur, les expériences transpersonnelles ainsi que son approche inédite de l’étude de la conscience l’ont conduit vers une intégration des approches psychanalitiques de Freud à Reich en passant par Adler ou Rank. Le processus thérapeutique tel qu’il était conçu jusqu’alors s’en est automatiquement trouvé transformé : de nouveaux outils font leur apparition officielle et l’être humain est enfin abordé d’une manière plus holistique. La vision mécaniste commence à s’estomper tandis que les dimensions mystiques et spirituelles de l’existence sont intégrées petit à petit.

Dans l’ouvrage mentionné, Grof expose sa théorie sur la dynamique des matrices périnatales : ‘La relation entre la naissance biologique et les expériences de mort/renaissance est très profonde et spécifique.’ L’inconscient périnatal enregistre des éléments qui transcendent la biologie et comportent d’importantes dimensions philosophiques et spirituelles. Une rencontre empirique profonde avec la mort et avec la naissance est associée à une crise existentielle remettant en question autant les valeurs que le mode de vie. Ce n’est qu’en retrouvant les dimensions spirituelles intrinsèques de la psyché et les éléments de l’inconscient collectif que la crise sera résolue. Selon Grof, ‘Le niveau périnatal de l’inconscient se situe à un croisement important entre l’inconscient individuel et collectif, ou entre la psychologie traditionnelle et le mysticisme.’

Les matrices périnatales sont au nombre de quatre. Elles constituent le modèle du déroulement de toute action future, tel qu’il sera enregistré dans le bio-ordinateur humain.
La première matrice renvoie à la notion de symbiose, à un paradis sur terre fait de paix et d’union mystique ou cosmique. Les désordres de cette étape de la vie intra-utérine sont associés à des périls aquatiques, à une contamination ou distorsion psychotique entraînant la confusion entre fantasmes et réalité qui, sur le plan physique, peuvent se traduire par une dysfonction intestinale, la nausée et la dyspepsie.
La deuxième matrice périnatale est liée à l’impermanence et à la perturbation due aux sécrétions hormonales annonciatrices d’un proche accouchement et aux premières contractions. Le col de l’utérus étant encore fermé, le fœtus se trouve coincé. L’intense angoisse s’apparente à une paranoïa que l’on peut rapprocher aux thèmes de la descente aux enfers, de la chute des anges ou encore de l’expulsion du paradis. Solitude, désespoir, impuissance, infériorité, culpabilité sont les composants négatifs classiques de cette matrice. Alcoolisme et toxicodépendance peuvent être une stratégie de fuite malheureuse pour échapper à cette sensation d’enfermement.
La troisième matrice concerne la sortie de l’utérus et la progression vers la naissance. C’est l’expérience de l’exil accompagné d’un intense combat pour la survie, aux facettes complexes qui risquent de déboucher sur un nombre varié de syndromes psychopathologiques avec des éléments d’auto-mutilation, des déviations sexuelles, des névroses, des migraines, des problèmes d’énurésie, de psoriasis, de frigidité ou encore d’impuissance.
Enfin, la quatrième matrice conduit à l’expulsion de l’enfant. L’ultime intensification de la tension et de la souffrance fait place au soulagement et à la relaxation. Cette phase correspond à la résolution du conflit après le sentiment d’annihilation, après la mort de l’égo de l’étape précédente. Vécue de manière négative, cette étape peut créer plus tard des tendances exhibitionnistes, des illusions messianiques ou encore des déviations de l’appréhension de la mort et de la vie, de la destruction et de la renaissance, ainsi que des capacités de résilience réduites.

Exploration des archétypes et éléments
Outre les déviations pathologiques qui peuvent être générées à chacune des quatre matrices, le processus de la naissance imprime dans l’inconscient un modèle de base pour toute action future. En ajoutant à l’approche de Grof une vision jungienne basée sur les archétypes correspondant aux quatre matrices (Neptune, Saturne, Pluton, Uranus) et les éléments (eau, terre, feu, air), la banque de données pour le processus de la naissance s’enrichit encore. Vue comme une danse des archétypes avec toutes leurs facettes, sans notion de prévision ni de prédétermination de la destinée, une étude humaniste du thème astrologique apporte de précieux renseignements supplémentaires pour l’explication et la compréhension de certains problèmes psychiques survenant au cours de la vie d’un individu. Des déséquilibres manifestés même tardivement ont leur origine dans les quatre matrices périnatales. En général, chaque passage d’un état à un autre fait remonter à la surface le modèle de la naissance, même s’il n’est pas perçu consciemment. Sans qu’il ne soit nécessairement question des grandes étapes de la vie comme les examens, l’entrée dans la vie professionnelle ou le mariage, le mécanisme des petits passages à l’action révèle les inhibitions, les doutes et les blocages calqués sur la manière dont la naissance s’est déroulée.

Si la lecture de la carte du ciel permet de dégager les grandes lignes du scénario, elle donne aussi des clés pour résoudre les dysharmonies en révélant les archétypes médiateurs qui, à leur tour, vont indiquer le type approprié de thérapie, de remède ou de technique. Ces clés seront fonction de l’importance respective des quatre éléments dans le thème individuel, ainsi que de l’interaction de ses différentes composantes.

Les histoires de Lévi-Strauss

Par des approches comme l’hypnose, le rêve chamanique ou d’autres méthodes d’exploration de l’inconscient, il est possible d’accéder à l’ensemble de la mémoire engrammée dans nos cellules, autrement dit non seulement aux quatre matrices périnatales telles qu’elles ont été vécues pendant la naissance, mais aussi à celles issues d’autres mémoires comme la mémoire génétique, la mémoire karmique ou encore celle qui porte l’empreinte de l’interaction avec l’inconscient collectif. C’est ainsi que nos cellules-mémoire portent le souvenir de notre arrivée dans le monde, mais aussi celui des naissances de nos nombreux ancêtres, ainsi que ce que nous puisons dans l’inconscient collectif ou les vies antérieures, si l’on adhère à cette croyance. Le scénario de base qui se dégage de l’ensemble de ces mémoires va constituer le modèle de nos actions futures.

Pionnier de la mythanalyse, Claude Lévi-Strauss a ouvert la voie à l’utilisation des mythes en tant qu’outils de guérison modernes. Bien sûr, les contes, les paraboles, les histoires soufies de Nasruddin et bien d’autres encore ont depuis des temps immémoriaux servi à guérir et à transmettre un enseignement. Avec Lévi-Strauss cette approche se structure, une méthode d’analyse émerge qui révèle le fil conducteur d’un scénario dont on connaît le début et la fin. Si l’issue de l’histoire est peu plaisante, rien n’empêche de changer de mythe, donc de scénario : vous êtes piégé dans une histoire où tout le monde finit massacré ? dépêchez-vous de passer à un mythe finissant en ‘happy end’ ! Autrement dit, repérez l’interaction des personnages entre eux, dénoncez l’usurpation de la place des uns par les autres, remettez de l’ordre dans la danse et exercez votre libre-arbitre pour choisir un scénario qui vous rendra heureux.

La libre-action
L’exercice du libre-arbitre permet de se dégager des modèles de pensée et de croyance hérités ou imposés et de se repositionner librement. La libre-action invite à passer à l’acte, à traduire les pensées et les paroles en actions concrètes, en un art de vivre responsable et créatif. La démarche évoquée englobe plusieurs couches de mémoire (vécue, génétique, collective/karmique) et plusieurs niveaux de langage (processus de la naissance, danse personnelle des archétypes, mythanalyse). Elle débouche sur une reprogrammation du scénario de base sous-tendant l’action, ceci grâce à des techniques ancestrales efficaces par leur simplicité et leur universalité. Comparé à une dépollution en profondeur, c’est précisément à cause de sa diversité que le processus est d’une efficacité redoutable. Une fois de plus, il démontre que ni les différentes écoles de psychologies, ni les multiples approches thérapeutiques alternatives ne s’excluent mais, bien au contraire, elles se complètent à merveille.

Marie-Noëlle Anderson